Bio (radio, télévision et autres activités)

RADIO

Avant même l’obtention de son baccalauréat et au moment où les radios libres ne sont pas encore autorisées, Daniel Schick crée le RCCF, Radio Cassette Club de France.
Cette association de jeunes étudiants imagine des programmes radiophoniques dupliqués sur K7 et diffusés par abonnement. Cette « radio par K7  » remporte un vif succès à la fois par le nombre d’abonnés et par la presse qui se fait l’écho de cette initiative ébranlant le monopole d’état radiophonique.
C’est par cette aventure que Daniel met un pied dans le monde radiophonique. Contacté rapidement, Daniel est ainsi sollicité par Radio France dont RFI est l’une des stations.
 
Daniel commence une activité récurrente et professionnelle à RFI (Radio France Internationale) alors qu’il étudie encore le droit. En 1986 il anime très vite ses propres émissions comme « Tour de piste », « Tour de passion » et le « Chic chaud ». La notoriété du « Chic chaud » le conduit à voyager sur les cinq continents.
 
En 1992, sur France Musique, il présente la tranche quotidienne 7h – 9h puis l’émission de grands entretiens « l’air libre ». Chefs d’orchestres, compositeurs, directeurs de festivals, mélomanes célèbres ou anonymes sont les invités de cette émission.
De 1993 à 1996, Daniel Schick est producteur et animateur sur France Inter. Il imagine le magazine culturel « Gril d’été ». Pendant deux mois, il anime cette émission en direct de tous les festivals de piano, art lyrique, jazz, théâtre, rock et rassemble des invités venus d’univers différents (musiciens, politiques, cuisiniers, rappeurs, artisans, peintres ou chanteurs).
Daniel Schick assure également pendant quelques semaines l’animation du « magazine synergie » de Jean Luc Hees.
Il crée l’émission « A titre provisoire ». Durant trois ans, il reçoit en toute intimité avec fantaisie, provocation et mises en situations des personnalités venues des milieux artistiques, politiques, scientifiques, industriels ou sportifs.
 
En 1997, pendant l’été, Daniel Schick arrive sur Europe 1 où il anime un magazine quotidien d’informations diffusé de 13h15 à 14h. De septembre 1997 à juin 1998, Daniel anime les matinées de 10h à 12h.
En 1998, il reprend la case horaire quotidienne diffusée de 23h à 1h.
Daniel crée des rencontres entre des personnalités venues d’horizons totalement différents et fait découvrir de nouveaux talents.
 
En septembre 2005, il anime le « prime time » quotidien d’Europe 1 diffusé entre 8h35 et 9 h avec Nicolas Canteloup. Ce magazine comporte une interview d’une personnalité issue des milieux les plus divers, des billets d’humeur et des descriptions d’œuvres d’art. Daniel anime également pendant cette saison le magazine culturel hebdomadaire « Zig-zag » qui permet à trois personnalités d’univers différents de se rencontrer.
En septembre 2006, toujours sur Europe 1, il anime un éditorial culturel multidiffusé. Cet éditorial est consacré à des récits de voyages, des coups de coeur pour des oeuvres, des expositions, des films, des spectacles ou des CD.
 
En été et en décembre 2008, Daniel Schick anime les interviews chocs de France Info diffusées notamment à 8h45; il reçoit toutes les personnalités politiques et artistiques qui marquent cette année-là.
 
En mai 2012, Daniel produit sur France Culture un documentaire radiophonique exceptionnel consacré à la capitale culturelle Suisse méconnue : Lausanne.
Cette émission composée de récits intimes et originaux, et d’interviews, a été diffusé dans la collection Villes-Mondes. >>Ecouter un extrait du documentaire.
 
En été 2012, sur Europe 1, Daniel anime les deux interviews quotidiennes en « prime time » à 7h50 et 18h30. Daniel « croque » les personnalités les plus diverses qui se prêtent avec complicité à ce jeu de questions-réponses sans complaisance.
 
 

TELEVISON : ANIMATEUR – CHRONIQUEUR

Parallèlement à ses activités radio, Daniel exerce son talent à la télévision.
Sur Paris Première, il anime quelques mois le magazine culturel « Tout Paris ».
Sur France 2, il participe à « L’Assiette anglaise » de Bernard Rapp,à « Télématin », à « faites comme chez vous » ainsi qu’aux opérations exceptionnelles imaginées par Jacques Chancel. Daniel Schick est pressenti pour animer la cercle de minuit.
 
TF1 lui confie en septembre 1995 un grand prime time, « Maman va adorer ». Ce divertissement mettait en compétition des familles qui de façon ludique et imaginative devait inventer un journal de 20h, participer à un défilé de mode, entrer dans un orchestre symphonique ou se faufiler dans une cage de grands fauves.
 
En 2001, sur France 3, Daniel participe à l’émission culturelle hebdomadaire de Franz-Olivier Giesbert, « Culture et dépendances ». Au côté d’autres chroniqueurs, Daniel interrogeait les nombreux et variés invités de ce programme.
Toujours sur France 3, en été 2004 et 2005, Daniel présente le magazine culturel « Arrêt spectacles » filmé dans la plupart des grands festivals et diffusé le samedi soir. Daniel mettait en situation dans des lieux incongrus les artistes invités de ces grands festivals.
 
Sur France 2, il collabore à l’émission de Laurent Ruquier « On n’a pas tout dit » (saison 2008-2009) diffusé entre 18h50 et 19h50.
Pendant un an, chaque jeudi vers 19h30, il fait venir sur le plateau de l’émission des chefs d’œuvres qu’il commente en direct. Expérience unique dans l’histoire de la télévision à un tel horaire. Cette chronique ne devait durer que deux minutes et être très irrégulière. Elle devint hebdomadaire et finit par durer près de 9 minutes.
 
Durant l’été 2009, il présente « Au cœur des festivals » sur France 2 et « Sous le soleil les étoiles » en juillet 2010. Ces émissions mélangent des interviews facétieuses, des performances, des chassés-croisés entre artistes, des mises en scène de personnalités dans des lieux étonnants, et quelques « perturbations » inattendues. Sortes de « petit échiquier » elles furent tournées aussi bien au Cabaret Sauvage à Paris, sur un bateau sur la Seine, aux fameuses et rares Bouffes du nord, dans un palais à Avignon ou dans une piscine du festival d’Avignon.
 
En décembre 2010, toujours sur France 2, Daniel imagine une émission exceptionnelle de fin d’année appelée  » Ils ont osé « . Ce programme consiste à mettre en valeur les personnalités anonymes qui ont marqué l’année en leur offrant des cadeaux surprises culturels.
 
 

TELEVISION : REALISATEUR

En 2007, dans la collection « Empreintes » de France 5, Daniel réalise un film consacré à Françoise Hardy.
Ce documentaire appelé « Françoise Hardy, des choses de la vie » est diffusé en décembre 2008 et réalise la meilleure audience de l’année dans cette case. >> Voir un extrait du documentaire.
 
En 2010, 2011, 2012 et 2013 Daniel Schick, imagine les films « Aux arts citoyens » dans lesquels des « arts-moureux anonymes » font découvrir des musées inattendus intimement liés au territoire où ils sont implantés. Ces quatre films mettent en scène les intervenants et jouent avec d’autres formes d’expressions artistiques comme le rap, la danse, la gastronomie ou la littérature.
Ces films on été diffusés chaque mois de mai depuis 2010, à l’occasion de la nuit des musées. Le film « Aux arts citoyens, le choix des muses » a été programmé en mai 2013 avant la rediffusion exceptionnelle des « Aux arts citoyens I, II, III ». >> Découvrir un extrait
 
En Novembre/décembre 2012, Daniel imagine pour l’ensemble du groupe France Télévisions une opération spéciale consacrée au métier d’acteur appelée « Acteurs, vous avez dit acteurs? ». Cette opération programmée en janvier 2013 a conduit à la diffusion de 25 entretiens d’acteurs réalisés par Daniel en même temps qu’un film de 70 mn.
 
Un nouveau film « Tous avec Courbet » réalisé en été 2013, saga émouvante et facétieuse inspirée par la vie de Gustave Courbet, peintre et homme engagé politiquement, est diffusé sur France 5 en février 2014. Le film permet de découvrir des passionnés de Courbetophiles, Coubetophages, Courbetologues inattendus. >> Découvrir un extrait
 
2014 est également l’année de la réalisation du film « Inspirations Rodin », exercice de style poétique et ludique lié à la vie de Rodin et à certaines de ces œuvres emblématiques, dont la diffusion est attendue sur France 5 en septembre 2015. >> En savoir un peu plus sur le film
 
Début 2015, Daniel tourne un nouveau film, histoires de baisers dans l’art et histoires intimes de baisers.

AUTRES ACTIVITES

En 2001 il publie, « J’ai voulu appeler maman, pour lui dire ma mère est morte » chez Plon.
 
En 2004, Daniel Schick expose à la Maison Européenne de la Photographie. Ce travail consacré à l’île Saint-Louis appelé « Rétrovisions » a également fait l’objet d’un beau livre publié au Seuil, intitulé « Je, Tu, île, mes îles Saint-Louis ».
 
En 2009, il initie auprès de la mairie de Paris, le festival « Paris en toutes lettres ». L’objectif de ce projet appelé originellement « Paris paroles » était de faire venir les mots dans la ville, que l’art oratoire se répande dans les rues, que les Parisiens s’amusent avec les mots et découvrent leur ville à travers eux.