«J’ai voulu appeler maman pour lui dire ma mère est morte »

« J’ai écrit dans l’urgence, le tremblement. Je suis allé au bout d’un élan, au plus près. J’ai compris à la mort de ma mère que j’allais devoir grandir, quitter ce que j’ai été. Je n’aurais pas dû voir ce que j’ai vu.
Depuis que j’ai parlé à ma mère en la regardant pour la dernière fois, allongée dans sa boîte recouverte de fleurs, à l’église, j’ai dû mourir aussi un peu. Je me suis senti abandonné. Je ne l’étais pas. Ma mère est juste morte.
La fin de la vie de ma mère et sa mort m’ont amené à la passion. Passion avait les yeux d’un bleu qui n’existe pas. Passion n’a pas supporté que j’aie si peur de la perdre. C’est ma mère que j’avais peur de perdre. J’ai perdu Passion et j’ai perdu ma mère. Je suis un homme debout grâce à mes amis. Ma souffrance m’a rapproché des leurs.
Je dois grandir. A quoi ça sert ?
Je viens de leur écrire.
Qu’est-ce que je fais maintenant ? »